Tuto : argile N°1

le

Pour faire simple 

Argile, terre, glaise, c’est la même chose. Vous allez modeler et non pas sculpter.

Il y a différentes qualités :

  • Finesse et douceur entre les doigts ou granuleuse (chameautée)
  • selon son degré d’humidité elle sera collante, molle, comme du cuir ou dure

Il y a aussi différentes couleurs du blanc ou noir en passant par le rose, l’ocre.

L’argile est sans doute encore aujourd’hui la technique qui offre presque tous les possibles! Elle est malléable, certes, mais ne se travaille pas du tout comme de la pâte à modeler. Il y a donc des choses incontournables à savoir :

Conseil n°1 :  l’argile idéale

Choisissez pour commencer une argile de la couleur que vous souhaitez, mais avec une texture molle, comme celle que vous trouvez en sac de 10 kg. Vérifiez la dureté à travers le paquet dans le magasin au cas où vous tombiez sur une argile un peu séchée à cause d’un emballage percé. En effet, plus l’argile est à l’air, plus elle perd son eau et durcit. Ne prenez pas la plus molle non plus car son aspect collant peut être.. collant! Avant de modeler, il est conseillé de frapper son argile au sol ou sur une table solide afin de faire partir les bulles enfermées.

Conseil n°2 : le collage 

Si vous arrachez un petit morceau d’argile et que vous voulez le placer ailleurs, cela va coller. Oui, mais ; nooooon! En séchant, votre petit morceau (ou gros) va perdre sa propriété collante et va simplement se détacher! Mais heureusement, il y a des solutions : faire un collage ou modeler autrement!

  • Collage avec stries : Vous rainurez avec un couteau les deux parties qui doivent être en contact dans le collage. Si vous le pouvez, faites des stries dans le sens opposé pour chacune des parties. Ajoutez au doigt 3 gouttes d’eau sur les stries. De cette manière, vos morceaux se collent sur des lignes qui se croisent, vous appuyez un peu pour souder le tout quitte à déformer votre rajout et à le peaufiner ensuite, et là, vous avez fait un collage de malade!
  • Collage fondu : Votre morceau est à coller sur toute sa longueur (par exemple, un bras collé le long d’un buste) donc la surface de contact est grande. Si en plus, votre morceau n’est pas déjà modelé, vous pourrez l’écraser sur sa longueur et ainsi le fondre au reste ; cela va tenir sans opérer de collage classique. Vous pouvez modeler de cette manière du début à la fin.
  • Collage à sec : Eh bien malheureusement, on ne peut pas coller une partie sèche sur une partie humide. Il faudrait en principe tout ré-humidifier et cela abîmerait votre réalisation. Il reste la solution de mettre de côté votre morceau et de le coller à l’aide d’une colle à bois lorsque tout sera dur.

Approfondir : les mauvaises surprises de retrouver le lendemain sa main décollée sont fréquentes. Pour comprendre la subtilité de l’argile il faut considérer son degré d’humidité. Une main qui dépasse d’un corps compact est une partie plus petite qui sèchera plus vite que le corps. Le décalage du temps de séchage provoque des tensions. En effet la main va se rétracter (diminution de l’argile à cause de l’évaporation de son eau) tandis que le poignet sera en lien avec une grande zone humide qui n’a pas encore prévu de se rétracter ; la tension provoque une fissure. A ce stade on peut humidifier de quelques gouttes d’eau la main et prier. Passé ce stade, il se peut que la fissure ne devienne une cassure. Comment faire?

 Conseil n°3 : techniques de modelage 

  • Technique de la boulette : Cela consiste à monter sa forme à partir de petits morceaux d’argile agglomérés. On les colle sans faire de collage, mais attention à les écraser un peu quand-même. Le fait que tout soit structuré de pleins et de vides constitue une certaine solidité.
  • Technique de la sculpture : Vous prenez un pain d’argile, vous le tapez de manière à avoir globalement la forme que vous recherchez (taper les angles pour obtenir une boule, etc.). Ce sera votre base. Vous l’évidez pour obtenir la forme voulue. Vous pouvez imaginer que vous délivrez à l’intérieur de votre bloc, votre idée! Bien-sûr, c’est du modelage alors contrairement à la sculpture où ce qui est enlevé est en-le-vé, eh bien vous pouvez rajouter là où vous avez trop enlevé ;)
  • Technique du colombin : On assemble des boudins… je conseille de laisser tomber cette technique très longue qui multiplie les chances de craquelures et de décollements!
  • Technique du cuir : Vous laissez sécher votre pièce qui est déjà bien avancée en contrôlant sa texture de manière à ce qu’elle aie l’aspect du cuir. C’est idéal pour intervenir avec des outils, effectuer des effets (griffures, poils), obtenir des détails très précis comme avec une pointe d’aiguille.
  • Ma technique à moi :
  1. Je tape le bloc d’argile de manière à obtenir ma forme globale (ronde, triangulaire, longiligne)
  2. J’évide avec les outils dont la forme correspond à mon besoin
  3. Je rajoute des morceaux au besoin en les collant tout en les fondant dans la masse
  4. Je contrôle le séchage : je dépose régulièrement des gouttes d’eau sur les parties qui ressortent et les parties fines. On les repère car elles claircissent.
  5. Si je souhaite une finition très détaillée, je laisse mon travail sécher au moins une journée (selon la taille) pour profiter de la texture « cuir ». Ne le faire qu’en dernière étape sur un travail bien avancé car si l’argile est trop dure, vous ne pourrez plus faire de rajouts ; vous pourrez seulement enlever de la matière à l’aide d’outils, ce qui est très long par ailleurs.

Conseil n°4 : séchage et conservation

Afin de pouvoir travailler la terre autant de temps qu’on le souhaite, on doit l’empêcher de sécher. Après chaque intervention, on maintient son humidité en l’enveloppant dans un torchon humide et un sac plastique. On la range dans un endroit sec (ou humide si la pièce ne sent pas le moisi car votre argile prendrait l’odeur). A ce propos, à force d’être enfermée, vous pourriez bien retrouver un peu de verdure nauséabonde sur votre argile ; ce n’est pas agréable, mais aucunement gênant pour modeler.

Attention : ne jamais faire sécher sa pièce au soleil, ni près d’une source de chaleur. Elle fissurerait ou casserait. Elle a besoin d’un séchage lent et progressif, c’est pourquoi, la maintenir sous un torchon est une bonne chose. 

Conseil n°5 cuire ou pas?

Vous pouvez ne pas cuire votre pièce ; elle sera dure mais non résistante. La cuisson de l’argile est une opération qui requiert des connaissances et surtout un four de potier qui cuit à plus de 1000°, alors votre four ménager ne pourra pas rivaliser! A haute température, l’argile change d’état : elle se vitrifie. Dans les deux cas, si votre pièce tombe, elle cassera! 

  • Si vous avez la possibilité de cuire chez un potier, dans un four associatif ou encore chez une entreprise spécialisée, profitez-en, car votre travail aura une plus grande valeur, mais sachez que chaque cuisson comporte un risque d’explosion. En effet, la moindre bulle d’air à côté d’une zone dense dans votre pièce, produira un choc thermique et c’est l’explosion! Cela pourra même casser les autres pièces du four! Ceci dit, il faut tenter sa chance car la plupart du temps, cela se passe bien. Commencez par des pièces avec lesquelles vous n’avez pas eu de fissures ni de recollages et qui vous tiennent moins à cœur!
  • Si vous ne cuisez pas, vous pouvez solidifier votre pièce en la badigeonnant de colle à bois. Une couche au pinceau, puis une fois sec, une deuxième couche sur le dessous de votre pièce, de façon à ce qu’elle soit hermétique à l’humidité. Vous pouvez la peindre à l’acrylique, ou à la glycéro. J’avais tenté l’encre de chine sur une pièce brute (sans colle à bois), et le résultat donnait une teinture du style ébène, très jolie. Les vernis sont possibles. 


Astuce : Votre sculpture peut devenir un support à la peinture, amusez-vous! 

Astuce : Travaillez sur un plateau tournant (serveur à épices), c’est moins cher qu’un spécial pour sculpture. Le confort de pouvoir tourner sa pièce à 360° est si bien que vous ne pourrez plus vous en passer! Cependant, évitez les supports en bois car vous ne pourrez pas laisser votre sculpture au placard dessus ; le plateau se déformerait à cause de l’humidité et du poids de votre pièce.

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s